tablier


tablier

tablier [ tablije ] n. m.
• 1160; de table
I
1Anciennt Surface plane sur laquelle se jouent certains jeux (échecs, dames, trictrac).
2(1838; « partie d'un pont-levis » 1793 ) Plateforme qui constitue le plancher d'un pont. « Grâce au toit du pont, il n'y avait pas de neige sur le tablier » (Hugo).
II
1(1530; « toile qui protège la table » XIIe) Cour. Vêtement de protection constitué par une pièce de matière souple maintenue par des attaches, qui garantit le devant du corps. Tablier à bavette. Tablier de boucher. Tablier de cuir. Tablier de sapeur, en cuir. Région. (Lyonnais) Préparation culinaire à base de gras-double. Arg. fam. Toison pubienne abondante (d'une femme). Tablier de franc-maçon. Loc. Ceindre le tablier : devenir franc-maçon. — Loc. fam. Ça lui va comme un tablier à une vache, très mal.
Spécialt Tablier de domestique. Loc. Rendre son tablier : se démettre d'une fonction, démissionner.
Par ext. Blouse de protection. Tablier d'écolier. Robe-tablier. robe.
2(1875) Techn. Dispositif (plaque ou assemblage de plaques) servant à protéger. Tablier de laminoir. Cour. Tablier de cheminée. « il essaya vainement de lever le tablier rouillé de la cheminée » (Alain-Fournier). rideau. Les magasins « ont baissé leurs tabliers de fer » (Sartre).
Autom. Séparation du compartiment moteur et de l'intérieur de la carrosserie. Le tableau de bord est monté sur le tablier. Sur un scooter, un vélomoteur, Pièce de métal qui sépare le conducteur de la roue avant et se prolonge horizontalement pour servir d'appui.

tablier nom masculin (de table) Vêtement que l'on place sur le devant du corps pour préserver les vêtements. Blouse enveloppante. En Afrique, petit commerçant, vendant de menus objets à l'éventaire. Automobile Cloison qui séparait le compartiment avant du véhicule de la partie de la carrosserie où se tenait le conducteur. Chauffage Synonyme de trappe. Chemin de fer Sur une locomotive, ensemble de passerelles et de plates-formes permettant de circuler autour de la chaudière ou des groupes-moteurs. Franc-maçonnerie Morceau de peau d'agneau blanche, en forme de tablier, symbole du travail. Militaire Partie d'un pont-levis qui s'abaisse pour recouvrir le fossé. Travaux publics Partie d'un pont comprenant la couverture, qui porte la voie routière ou ferrée, et l'ensemble des structures porteuses de la couverture (entretoises, longerons, etc.) situées au-dessous de celle-ci et à peu près à son niveau. ● tablier (citations) nom masculin (de table) Georges Moinaux, dit Georges Courteline Tours 1858-Paris 1929 Il pleut des Vérités Premières : Tendons nos rouges tabliers. Godefroy Flammarion Commentaire Parodie de deux vers de Hugo dans Odes et Ballades. Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Enfants, voici des bœufs qui passent, Cachez vos rouges tabliers. Odes et Ballades, la Légende de la nonne tablier (expressions) nom masculin (de table) Familier. Rendre son tablier, se démettre de ses fonctions. Tablier de sapeur, morceaux de panse de bœuf panés et servis avec une sauce relevée. (Cuisine lyonnaise.) Tablier de sapeur, grand tablier de cuir qui faisait autrefois partie de l'équipement des sapeurs. ● tablier (synonymes) nom masculin (de table)
Synonymes :
- Chauffage. trappe

tablier
n. m.
rI./r
d1./d Vêtement fait d'une pièce de toile, de cuir, etc., que l'on met devant soi pour préserver ses vêtements en travaillant.
|| Loc. fig. Rendre son tablier: quitter son emploi.
d2./d TRAV PUBL Partie horizontale d'un pont, qui reçoit la chaussée ou la voie ferrée.
d3./d AUTO Cloison qui sépare le moteur et l'intérieur de la carrosserie.
d4./d (Afr. subsah.) étal de vendeur sur la voie publique. Syn. table.
rII./r (Afr. subsah.) Marchand tablier ou tablier: vendeur des rues utilisant un étal.

⇒TABLIER, subst. masc.
I. — Pièce qui sert à protéger.
A. — 1. Vêtement de protection constitué d'une pièce d'étoffe ou de matière souple, munie d'attaches et qui s'applique sur le devant du corps afin de recouvrir et de protéger les vêtements. C'est moi qui serai ta servante, aujourd'hui (...). Elle s'était drapée dans un immense tablier blanc, elle était délicieuse, les manches retroussées, montrant ses bras délicats, comme pour une besogne énorme (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 173). Nous disions trois tabliers sans bavette, et quatre avec bavette... C'est drôle, ça fait plusieurs fois que je remarque cette année que la vente des tabliers sans bavette baisse. Après tout, c'est peut-être la mode (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 96).
SYNT. Tablier bouillonné, brodé, en/de dentelle; tablier de cuisine, du dimanche, d'intérieur, de ménage, de ménagère; tablier de batiste, de bure, de calicot, de coton, de cotonnade, de cuir, de (grosse) toile; tablier à poches; tablier à carreaux, à rayures.
En compos. Robe-tablier. V. robe rem. Tablier- bavette. Tabliers-bavettes (...) en vichy écossais grand teint (Catal. La Redoute, 1951-52, p. 36).
Pop., fam. Aller à qqn comme un tablier à une vache. Ne pas aller du tout. On leur mit (...) un bel habit galonné qui leur allait comme un tablier à une vache (VIDAL, DELMART, Caserne, 1833, p. 250).
a) [À propos d'un vêtement de protection à usage prof.] Tablier de boucher, de bourrelier, de cordonnier, de droguiste, de forgeron, de jardinier. Je vois paraître M. Birault en manches de chemise, en espadrilles et en tablier bleu, le véritable tablier du marchand de vin (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 60). Chez les Favre, le père, géant antique aux longues moustaches rousses, le buste protégé par le traditionnel tablier fait d'une peau de veau en cuir brut et le fils aîné en bleu de mécanicien (...), régnaient côte à côte (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 139).
MÉD. Tablier de protection. ,,Tablier en caoutchouc ou en matière plastique radio-opaque, pour la protection de l'examinateur au cours des examens radiologiques`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) [À propos de la tenue du personnel domestique, des serveurs] Tablier de domestique, de serveur. Cette bonne en tablier blanc, menée au marché de la ville voisine dans la voiture des maîtres, soulevait une indignation (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1292). Cinq autres garçons se tenaient (...) le long des murs (...), tous vêtus d'un tablier blanc qui leur tombait jusqu'aux chevilles et le torse emprisonné dans une petite veste de coutil à boutons de métal (GREEN, Moïra, 1950, p. 197).
Loc. fam. Rendre son tablier. Refuser de continuer son service; au fig., démissionner, abandonner. J'aime mieux rendre mon tablier au docteur Paulo plutôt que d'adresser la parole à un sale nègre! (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 356).
P. méton., fam. Tablier blanc. Garçon de café; bonne d'enfants. [L'ouvrier] donne facilement dans la blanchisseuse, la femme de chambre ou le tablier blanc (POULOT, Sublime, 1872, p. 44).
c) En partic.
) Tablier de sapeur. Long tablier en cuir qui faisait partie de l'équipement des sapeurs, qui fait encore partie de l'uniforme d'apparat de certains corps d'armée (légion étrangère, etc.). Tabliers blancs des sapeurs, passepoils, retroussis versicolores (ARNOUX, Roi, 1956, p. 182).
CUIS. [Spécialité lyonn.] Gras double découpé, enduit d'œuf battu, puis pané. (Dict. XXe s.).
Arg. Tablier de sapeur, de forgeron. Poils du pubis abondants, s'étendant sur le bas-ventre (d'apr. CAR. Argot 1977).
) Tablier de franc-maçon. Tablier de peau d'agneau blanche, symbolisant le travail (d'apr. Symboles 1969). Robert Caze (...) raconte qu'il l'a vu [Vallès] manger une choucroute dans une brasserie du Quartier Latin avec un tablier de franc-maçon, dont il s'essuyait les lèvres (GONCOURT, Journal, 1885, p. 446). Ceindre le tablier. Devenir franc-maçon. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Pièce de vêtement, lé d'étoffe porté sur le devant d'une robe comme élément décoratif, en particulier dans les costumes traditionnels. Tablier de dentelles, de mohair; tablier brodé; tablier à fichu. Elle porte un coquet tablier de taffetas rouge sur une jupe de damas jaune à fleurs (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 329). Les jeunes soignent avec un amour particulier leur tablier, le « devantiau » (Berry), aux plis incalculables. Beaucoup plus courts que la jupe, ils sont assez étroits et se complètent parfois d'une « bavousette ». Les moins riches se contentent d'un tablier de toile de coton rayée ou quadrillée, les plus raffinées les brodent à la main (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 1, 1954, p. 95).
3. Blouse boutonnée par-devant ou par-derrière, généralement à manches longues et qui se porte sur les vêtements pour les protéger. Tablier d'écolier; tablier noir. Cher enfant: joli sous tes vêtements si simples et si proprets, ce tablier blanc et bleu d'écolier que j'eus aussi (VERLAINE, Souv. et fantais., 1896, p. 258). On a six ans (...), un tablier à manches courtes laissant voir la chair trop frêle des poignets, une figure de soubrette ratée, sérieuse et chiffonnée (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 64).
B. — 1. [À propos d'une pièce de protection en matière souple] Morceau de cuir, de toile cirée qui était fixé sur le devant des voitures à chevaux pour garantir de la pluie, des éclaboussures. Tablier d'un cabriolet. [Saccard] héla une voiture vide qui passait. C'était une victoria, il eut beau ramener sur ses jambes le tablier de cuir, il arriva trempé rue Larochefoucauld (ZOLA, Argent, 1891, p. 110).
Spécialement
Tablier de timbale. Pièce d'étoffe qui entoure une timbale pour la protéger (d'apr. CHESN. t. 2 1858).
MAR. ,,Doublage sur la partie arrière d'un hunier, d'un perroquet pour préserver ces voiles du frottement contre les hunes ou les barres`` (GRUSS 1952).
BIJOUT. Pièce de cuir fixée à l'établi d'un bijoutier et qui est rabattue sur les genoux pour recueillir les rognures de métal. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. [À propos d'une pièce rigide verticale] Panneau mobile qui recouvre ou protège. Lisa, assise devant le tablier baissé du secrétaire, écrivait, alignait des chiffres, d'une grosse écriture ronde, très lisible (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 656). Ils se séparèrent à la porte de la brasserie quand déjà le tablier de tôle descendait en grondant sur la devanture (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p. 130).
Tablier de cheminée. Rideau de tôle fait de plusieurs plaques qui se déplacent verticalement devant le foyer d'une cheminée pour en rétrécir ou en fermer l'ouverture. Elle vint dans la bibliothèque (...) pour allumer un petit feu (...) Je l'observais (...) tandis qu'elle était accroupie, la tête sous le tablier de la cheminée (A. FRANCE, Bonnard, 1881, p. 299).
Spécialement
AUTOMOB. Cloison séparant le compartiment moteur et l'intérieur de la carrosserie d'un véhicule. En laissant tomber le capot et me relevant, je regardai machinalement vers le tablier, à l'endroit réservé d'ordinaire à la plaque qui porte le nom du propriétaire (BOURGET, Conflits int., 1925, p. 224).
♦ Pièce de métal, de plastique, etc., qui enferme la fourche d'un scooter, d'un vélomoteur et qui protège les jambes du conducteur. (Dict. XXe s.).
♦ [Sur une machine-outil] Pièce de tôle destinée à protéger les organes mécaniques des projections de copeaux. Les éléments spéciaux aux machines-outils, bâtis, chariots et tabliers (GORGEU, Machines-outils, 1928, p. 1).
ARCHIT. Lambrequin en forme de bas de bannière en saillie (d'apr. NÉR. Hist. Art 1985).
3. ANAT. Tablier épiploïde. Partie inférieure du grand épiploon au-dessous du côlon transverse (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Tablier des Hottentotes. Malformation caractérisée par une hypertrophie des petites lèvres [La conformation ordinaire des organes de l'accouplement dans la femme] ne présente de différence (...) que celle (...) concernant ce que plusieurs voyageurs ont appelé le tablier des hottentotes (...) ce tablier est en effet un appendice distinct des grandes lèvres, de 8 centimètres de longueur dans une femme adulte (CUVIER, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 124).
II. — Surface plane horizontale.
A. — JEUX, vx. Surface plane sur laquelle se jouent les parties d'échecs, de dames, de trictrac. Synon. damier, échiquier. Tablier de jeu. (Dict. XIXe et XXe s.).
Vx. Rester maître du tablier. Dominer la situation et gagner la partie. (Dict. XXe s.).
B. — CONSTRUCTION
1. Partie d'un pont-levis qui s'abaisse (d'apr. JOSSIER 1881).
2. Ensemble des éléments résistants constituant l'ossature porteuse d'un pont. Tablier en charpente; tablier métallique, mobile, suspendu. Gustave Eiffel multiplia les études et les réussites, sur les piles tubulaires, les « poutres en treillis » (...) le lancement des tabliers de pont en porte-à-faux (LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., 1966, p. 338):
... Gilquin, qui avait le goût des imaginations atroces (...) insistait, disait que ces ponts de fer n'étaient jamais bien solides; et, quand les deux voitures furent au milieu du pont, il affirma qu'il voyait le tablier danser. (...) les voitures roulaient doucement, sans bruit; le tablier était si léger, avec sa longue courbe molle, qu'elles étaient comme suspendues, au-dessus du grand vide de la rivière...
ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 97.
C. — En partic.
1. Support plan, en bois ou en pierre, sur lequel repose une ruche (d'apr. CHESN. t. 2 1858).
2. [Sur une locomotive à vapeur] Ensemble des passerelles et des plates-formes permettant de circuler autour de la chaudière et de travailler devant la boîte à fumée. Il fit jouer les manettes, s'assura du fonctionnement de la soupape. Il monta sur le tablier, alla emplir lui-même les godets graisseurs des cylindres (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 116).
Prononc. et Orth.:[tablie]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1170-83 « table du jeu d'échecs » (WACE, Roman de Rou, 3e part., éd. A. J. Holden, 2337); 1306 « table de tous les jeux qui se jouent, avec des pièces mobiles, sur une surface plane » (JOINVILLE, Vie de Saint-Louis, éd. N.-L. Corbett, p. 167); 1762 « chacune des deux parties d'un trictrac » (Ac.); 2. ca 1200 « table sur laquelle on dépose les marchandises » (RAIMBERT DE PARIS, Ogier le Danois, éd. J. Barrois, 8356); 3. 1762 « ornement sculpté sur la face d'un piédestal » (Ac.); 4. 1793 « partie d'un pont-levis qui s'abaisse pour donner passage sur le fossé » (SCHWAN, Nouv. dict. de la lang. all. et françoise); 5. 1812 « support sur lequel repose une ruche » (MOZIN-BIBER). B. 1. 1176-81 « dessus de table; nappe » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier de la Charrete, éd. M. Roques, 985); 2. 1530 « pièce de toile que les femmes, les domestiques, mettent devant eux pour préserver leurs vêtements » (PALSGR., p. 194); a) 1809 aller comme un tablier à une vache ([LECLAIR], Médit. hussard, p. 49); b) 1866 rendre son tablier « faire faillite; mourir » (DELVAU, p. 339); 1889 « donner sa démission » (LARCH. Nouv. Suppl., p. 234); 3. 1680 « pièce de toile ou taffetas que les femmes mettent devant elles comme ornement » (RICH.). C. 1. 1752 « garniture d'étoffe qui habille la caisse de la timbale et retombe tout autour » (Trév.); 2. 1765 « morceau de peau cloué à la table qui enchâsse la pierre des batteurs d'or » (Encyclop. t. 15); 3. 1788 anat. tablier des Hottentotes (BUFFON, Hist. nat., t. 5, p. 499); 4. 1842 « morceau de toile qu'on suspend sous le ventre des béliers pour les empêcher de saillir les brebis » (Ac. Compl.); 5. a) 1875 « rideau en tôle qui se trouve devant une cheminée » (Lar. 19e); b) id. « plaque de protection à l'entrée des cylindres d'un laminoir » (ibid.); c) 1933 « cloison séparant le compartiment avant d'une automobile » (Lar. 20e). Dér. de table; suff. -ier. Fréq. abs. littér.:1 117. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 593, b) 2 468; XXe s.: a) 2 212, b) 1 591. Bbg. Archit. 1972, p. 178. — JABERG (K.). Soif und die sprachliche Expansion in Nordfrankreich. Z. fr. Spr. Lit. 1912, t. 38, pp. 239-241. — PRIGNIEL (M.). Sur les noms pop. du tablier et du pantalon. Fr. mod. 1967, t. 35, pp. 103-106. — QUEM. DDL t. 16, 22, 25, 28, 32, 33.

tablier [tablije] n. m.
ÉTYM. V. 1155; de table (voir l'étym. de ce mot).REM. Tablier et ses nombreuses variantes ont désigné en anc. franç. des personnes : « menuisier (qui fait les tables, planches); pensionnaire, usurier… ». → le sens I, 3.
———
I
1 Anciennt. Surface plane sur laquelle se jouent certains jeux (échecs, dames; « tables » ou trictrac). Damier, échiquier. || Le tabletier fabrique des tabliers de jeu. — ☑ Fig. et vx. Rester maître du tablier : gagner la partie.
2 (1838; « partie d'un pont-levis », 1793). Plate-forme qui constitue le plancher d'un pont. || Appontement formé d'une plate-forme et d'un tablier. || Chevalet soutenant le tablier d'un pont volant.
1 Le tablier en bois d'une arche du pont est tombé un beau jour, parce qu'un pied-droit, supportant le tablier, s'est rompu, et trois personnes se sont noyées.
Stendhal, Mémoires d'un touriste, t. I, p. 27.
2 Il traversa cette passerelle. Grâce au toit du pont, il n'y avait pas de neige sur le tablier. Ses pieds nus eurent un moment de bien-être en marchant sur ces planches sèches.
Hugo, l'Homme qui rit, I, III, IV.
(1812). Support plan sur lequel repose une ruche.(1762). Archit. Face d'un piédestal portant des ornements.
3 (De table, employé dans ce sens). En franç. d'Afrique (Côte d'Ivoire, pays du Sahel). Étal du vendeur des rues.Par métonymie. Vendeur des rues non ambulant.
———
II (1530; « nappe, toile qui protège la table », v. 1175; a remplacé devantier au XVIe).
1 Vêtement de protection constitué par une pièce de matière souple qui garantit le devant du corps, et par ses attaches. Devantier (vx), serpillière (vx). || Tablier à bavette (→ Camisole, cit. 2). || Plastron, poche (1. Poche, cit. 3), cordons de tablier.Tablier de boucher (→ Ægipan, cit. 4), de mégissier, de préparateur (cit. 1). || Tablier de cuir (→ Forge, cit. 6; inséparable, cit. 7; maréchal, cit. 1).
Tablier de sapeur. a Tablier en cuir, porté autrefois par les sapeurs et conservé par tradition dans l'uniforme d'apparat de certains corps (sapeurs de la Légion étrangère, notamment).
b Régional (Lyon). Préparation culinaire formée de morceaux de gras-double découpés (en triangle) dans la partie dite nid d'abeille, enduits d'œufs battus, panés et dorés.
c (Jeu sur sapeur et allus. à la barbe de sapeur [cf. Cellard-Rey] et sur tablier de forgeron, de sapeur, vêtement couvrant le bas-ventre). Argot, fam. Toison pubienne abondante (d'une femme). Syn. : tablier de forgeron.
Spécialt. || Tablier de domestique, de serveur. || Garçons, serveuses en tablier blanc (→ Hôte, cit. 6; œuf, cit. 4). — ☑ Loc. (1889; quitter son tablier, av. 1747). Rendre son tablier : refuser de servir plus longtemps, et, fig., se démettre, démissionner.
3 Enfants, voici des bœufs qui passent,
Cachez vos rouges tabliers !
Hugo, Ballades, XIII.
4 Lockroy arrive au milieu du dîner, en s'excusant sur ce qu'il a attendu son successeur, au ministère, pour lui remettre son tablier (…)
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 21 févr. 1889, t. VIII, p. 19.
5 Adrien, pour sa part, était un peu impressionné par le tablier et la blouse aux manches courtes de l'apprenti chirurgien.
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XIV.
5.1 Elle porte une robe noire à longue et large jupe, que recouvre aux trois quarts un tablier gris à fronces, noué autour de la taille. Le bas du tablier est très ample, ainsi que la jupe, tandis que le haut n'est qu'un simple carré de toile protégeant le devant du corsage.
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 63.
(1876). || Tablier de franc-maçon. — ☑ Loc. Ceindre le tablier : devenir franc-maçon.
Loc. fig. et fam. Ça lui va comme un tablier à une vache, très mal.
(1690). Blouse de protection se boutonnant par derrière ou par devant. || Tablier d'écolier (→ 2. Prime, cit. 3).Robe-tablier : robe qui a l'usage et la forme d'un tablier.
2 (XVIIIe, Encyclopédie). Pièce d'étoffe, de cuir, etc., servant à protéger, à garantir (un objet). || Tablier de timbale.
Archit. « Ornement en forme de bas de bannière descendant du haut d'une gaine » (Réau).Tablier de hunier, de perroquet : doublage de la partie arrière de la voile.
(1835). Pièce de cuir, de toile cirée, etc., qui s'attachait sur le devant des voitures à chevaux (pour protéger de la pluie, de la boue).
3 Anat. || Tablier épiploïque. Épiploon (cit. 1). (1846). Spécialt. Partie des petites lèvres qui dépasse la vulve, chez les femmes de certaines races (Hottentotes…).
4 (1876). Techn. Dispositif (plaque ou assemblage de plaques) servant à protéger. || Tablier de laminoir (à l'entrée des cylindres).Cour. || Tablier de four, de cheminée. Rideau, trappe.
6 Un instant il pensa à allumer du feu; mais il essaya vainement de lever le tablier rouillé de la cheminée.
Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, I, XVI.
7 (…) les rues ont pris leur aspect des jours d'émeute : tous les magasins (…) ont baissé leurs tabliers de fer.
Sartre, la Nausée, p. 59.
(1933). Autom. Séparation du compartiment moteur et de l'intérieur de la carrosserie. || Le tableau de bord est monté sur le tablier.
Sur un scooter, un vélo-moteur, Pièce de métal qui sépare le conducteur de la roue avant et se prolonge horizontalement pour servir d'appui.
8 Il n'enfourchait pas la Vespa comme une moto. Il était assis sur sa selle (…) Ses pieds ne s'accrochaient pas désespérément à des pédales (…) il les posait majestueusement sur un tablier de métal.
P. Guth, le Mariage du naïf, XVII, p. 185.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tablier — 1. (ta bli é ; l r ne se lie jamais ; au pluriel, l s se lie : des ta bli é z en ivoire) s. m. 1°   Anciennement, la table, non pas seulement du jeu des tables, mais de tous les jeux qui se jouent avec des pièces mobiles sur une surface plane.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • tablier — TABLIÉR, tabliere, s.n. Totalitatea grinzilor care formează sistemul de rezistenţă al unui pod metalic şi care susţine calea de circulaţie a acestuia. [pr.: bli er] – Din fr. tablier. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  tabliér s …   Dicționar Român

  • tablier — à jouër, Tabula lusoria, Alueolus, Alueus lusorius. Un tablier à jouër aux dez, Fritillus. Tablier de femme. Il vient de ce mot Table, car les femmes d estat ceindent leurs tabliers seulement quand elles se veulent mettre à table, pour contre… …   Thresor de la langue françoyse

  • tablier — |tàbliê| s. m. Ver tabliê.   ‣ Etimologia: palavra francesa …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • TABLIER — s. m. Pièce de toile, de serge, de cuir, etc., que les femmes et les artisans mettent devant eux pour conserver leurs habits en travaillant. Tablier de toile. Tablier de serge. Tablier de cuisine. Tablier à poches. Tablier de maçon. On dit de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Tablier — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Tablier », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Nom commun Un tablier est un élément… …   Wikipédia en Français

  • tablier — I. Tablier. subst. m. Eschiquier ou Damier, distingué par soixante quatre carrez de deux differentes couleurs, comme blanc & noir, rouge & jaune &c. & sur lequel on joüe aux Eschecs, aux Dames &c. II. Tablier. s. m. Piece de toile, de serge, ou… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • TABLIER — n. m. Pièce de toile, de serge, de cuir, etc., que les femmes, les domestiques, les artisans, etc., mettent devant eux pour préserver leurs vêtements en travaillant. Tablier de toile. Tablier de cuir. Tablier de cuisine. Tablier à bavette.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tablier — nm. fawdâr (Alex 019), fêdêr (Bellevaux), feudâ(r) (Albanais 001, Arvillard, Bauges, Villards Thônes | Albertville 021), feûdâ(r) (Annecy, Balme Sillingy, Landry Tarentaise, Quintal, Rumilly 005, St Jorioz | Samoëns 010, Saxel 002b), feûdé… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • tablier — n.m. Rendre son tablier, se démettre de ses fonctions. / Tablier de sapeur ou de forgeron, poils du pubis s étendant sur le bas ventre. / Ça lui va comme un tablier à une vache, ça ne lui va pas du tout …   Dictionnaire du Français argotique et populaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.